J’ai eu Monsieur Pomero à l’appart !

     Vendredi 21 février, 16h30, le train s’arrête, il est là. Mais qui me direz vous ? Walter Pomero, Responsable des équipes d’Italie, Directeur Technique d’Italie, 7ème Dan, et franchement il touche. A peine le temps d’un couple de bières que nous voilà partis pour une petite heure d’entraînement pour l’accueillir. Le cours se passe, nous à regarder du coin de l’œil le moindre de ses gestes, lui à profiter d’un cours de kendo où il n’a rien à gérer, sauf son shinaï, et il le gère plutôt bien ! Après les cours, tous les motivés viennent manger un bon poulet au miel à l’appart, passer une bonne soirée et profiter des desserts. La nuit est courte.

    Samedi 22 février, 9h00, les JO ont déjà commencé, motivés les athlètes ! Pour nous c’est direction la salle, où nous rejoignent une soixantaine de kendokas. Walter Pomero encadre le stage, aidé des gradés présents : Sylvain Bousique, Christian Meunier, Christophe Pilfer, et notre petit gradé à nous Jean Lamour.

« mais le kendo, c’est facile… »

    La journée se passe, avec des supers sandwichs le midi, merci aux bénévoles ! L’après midi est clairement orientée vers la compétition, les combats s’enchaînent.

« un chat qui décapsule une bière… »

   Le cours fini, les douches prises, la jacqueline goûtée, les bières vidées, le rendez-vous est pris pour un restaurant du soir : un moment de partage simple mais agréable avec les copains. Tout le monde se rentre. La soirée est courte.

   Dimanche 23 février, 9h00, ça tire. On se remotive, se relance, et c’est reparti pour du kendo. La matinée passe assez vite, les techniques et les conseils fusent dans tous les sens.

« mais tsuki c’est trop facile, c’est tout droit, c’est pour ça qu’on ne l’a pas fait… »

  La pause du midi est plus courte, la buvette toujours trop bien gérée par les bénévoles, finalement Walter peut faire les gi-geikos avec nous. Ah non finalement on va faire mawari-geikos, pendant 45 minutes, pour qu’il puisse faire avec tout le monde. C’était long, c’était bien.

  15h30, il est dans le train direction Paris, on le remercie encore, encore et encore, jamais assez. La journée se termine, on range, nettoie, festoie une dernière fois, c’était un chouette week-end !

   Ah si aussi, on m’a fait un beau compliment « tu es une jolie bière », et en plus, j’ai été ému.

 bibi1939830_856960177663939_1282667510_n

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *